Projet : Conservation & Restauration  » Migrateurs des Gaves »

Bonjour,

Nous avons reçu, comme d’autres, ce document issu de la réflexion d’un groupe de passionnés.

Libre à chacun d’en pensez ce qu’il veut. Mais ce travail a le mérite d’exister.

ProjetCGaves20092610.ppt

7 commentaires.

  1. Vu l’effondrement des stocks ces deux dernières années, il semble que l’avenir du saumon sur le gave échappe aux intervenants locaux.Les pecheurs au filet n’attrapent plus rien et c’esr le plus inquiétant.
    Pour ce qui est d’éventuelles retombées positives sur la truite, j’en doute : le gave d’Oloron n’est pas une rivière ou les truites se reproduisent. pour avoir beaucoup peché cette rivière depuis une trentaine d’années, je n’y ai pratiquement jamais pris de truites sauvages en dessous de trente cm, meme à l’époque bénie ou c’était très très poissonneux . Il semble que tous ces gros poissons descendais des tètes de bassin

  2. A mon humble avis, les pêcheurs de truites n’ont pas à craindre ce projet… Bien au contraire ! Personnellement, j’ai toujours pensé que pour avoir une bonne rivière à saumons il fallait également avoir une bonne rivière à truites (et non le contraire). Lorsque sur nos rivières à saumons, il n’y aura plus de truite et bien nous n’aurons plus de saumon non-plus. Et ce, pour une raison très simple : la qualité de l’eau, ce n’est pas plus compliqué que ça… Alors pour en revenir à ce projet, il me semble, qu’il y est évoqué justement cette politique de l’eau , ce qui est le bon sens. Pour avoir connu le Gave il y a maintenant plus de 20 ans je peux affirmer que la population de truites est aussi sur le déclin… Alors en travaillant sur le saumon, je pense que l’on travaillera également sur la truite (projet = qualité de l’eau; garderie ; mesures de conservation; etc ; etc). En attendant bravo pour ce projet qui à au moins le mérite d’avoir été réalisé.
    @+ Patrick

  3. Bonsoir tous,
    Si tous les pêcheurs sont respectueux, il n’y a rien à craindre pour les pêcheurs truites , ni de la part de la garderie .

  4. Dans pas mal de pays, pour pouvoir pêcher une rivière à saumons il faut acquérir le droit de pêche spécifique à ce poisson. Ce n’est pas le cas en France et on connait tous des pêcheurs de truites qui se sont vantés de pêcher le saumon sans acquérir le timbre migrateur.
    Il faudra que les conditions de pêche de la truite soient très encadrées afin d’éviter toute ambigüité (grosseur de fil, leurre, etc…).
    Mais si les contrôles sont aussi efficaces que dans les pays du Nord où l’on est souvent contrôlé (voir une fois par jour), cela devrait bien se passer.

  5. Bonjour a tous
    Deuxième commentaire et déja l’expression d’une crainte …. !!! ca promet lol!
    En tant qu’initiateur du projet il n’y a strictement aucune crainte a avoir pour la truite …
    Il ne s’agit pas non plus de privatiser le gave tout au moins en tant qu’entreprise privée …
    Par contre il s’agit de faire participer les pêcheurs pour qu’enfin nous puissions détenir assez d’argent pour s’occuper du saumon et du seul saumon …
    Les truites du gave n’ont donc rien a craindre , d’ailleurs les coins a truites du gave n’ont rien a voir ave les coins a saumons ( ou très rarement) les saisons de pêche ne sont pas identiques non plus , mais quand bien même , il n’y STRICTEMENT AUCUNE crainte a avoir pour la truite …. ainsi que pour « l’approche » du gave d’ailleurs , si ce n’est bien sur qu’une gestion appropriée devrait quand même d’y voir un peu plus clair qu’aujourd’hui!!
    a+ alain

  6. bonjour,
    l’idée parait bonne mais quand est il de la pêche de la truite sur ces cours d’eau ?
    cette fondation toute puissante laissera elle la possibilité de pêcher la truite avec autant de facilité qu’aujourd’hui ? ou bien dans l’intérêt du poisson « ROI » interdira t elle la pêche de cette dernière ? serai ce le début de la privatisation ????

  7. Si l’on veut continuer à pêcher le saumon sur les Gaves il va falloir passer par un changement de politique de gestion de notre poisson roi. Ce document est complet et propose des solutions pleines de bon sens.
    La tâche risque d’être compliquée pour faire changer les mentalités.
    Mais ne nous voilons pas la face. Sans des mesures innovantes et peut-être contraignantes pour certains pêcheurs habitués à pratiquer une pêche quasi gratuite et sans contrôle, il sera difficile de conserver à ces rivières mythiques leur réputation internationale.
    Osons relever le défit!

Les commentaires sont fermés.